browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Amboy : Roy’s Motel Café

La Route 66 dans le désert Mojave.
Posted by on 30 octobre 2009

Entre l’ouest de l’Arizona et l’est de la Californie, le paysage évolue peu : la région reste incroyablement hostile. Il existe cependant encore quelques oasis en plein désert…

« vers la présentation de la Californie

Pour les migrants fuyant la grandes sécheresse du Dust Bowl, au début des années 30, la Californie incarnait l’espoir d’une vie meilleure. Une terre promise promise qu’ils imaginaient fertile et couverte d’orangers. Quel choc pour ces «Oakies», lorsqu’ils découvrirent le désert infini ! Ils étaient déjà exténués par le long voyage à travers le Nouveau Mexique et l’Arizona, et voilà que de nouvelles épreuves les attendaient encore, eux et leurs misérables trapanelles suintant huile et vapeur.

La Route 66 dans le désert Mojave.

La Route 66 dans le désert Mojave.

Aujourd’hui encore, on ne peut s’empêcher d’avoir une pensée pour ces gens, tant le désert Mojave continue d’impressionner. La Route 66 trace un sillon droit à travers les rares collines, au sommet desquelles se dévoile un paysage étrangement symétrique de celui derrière nous. Le désert semble ne jamais vouloir finir.

La Route 66 dans le désert Mojave.

La Route 66 dans le désert Mojave.

Heureusement, nous profitons désormais des miracles du progrès. Nos voitures sont fiables, climatisées, rapides. Et puis ce coin de bout du monde a été colonisé… plus ou moins. C’est le cas à Amboy, village fondé au XIXe siècle pour soutenir la ligne de chemin de fer Atlantic & Pacific Railroad.

La Route 66 ne s'éloigne jamais beaucoup du chemin de fer.

La Route 66 ne s’éloigne jamais beaucoup du chemin de fer.

Grâce à cette activité, mais également grâce à la Route 66 et à l’exploitation de chlorure dans les environs, la population dépassera les 700 habitants au lendemain de la seconde guerre mondiale. En 1938 le Roy’s Motel Café s’y installe, avec ses petits bungalows et son architecture très futuriste pour l’époque. L’ensemble ne respire pas le luxe, mais pour les voyageurs exténués par la fatigue et la chaleur, c’est mieux que le Ritz !

L'enseigne du Roy's Motel Café.

L’enseigne du Roy’s Motel Café.

Hélas, bientôt les trains se modernisent et n’ont plus besoin de s’arrêter à Amboy. Quant au trafic automobile, il décline brutalement en 1972, lorsque la Route 66 est doublée par l’Interstate 40, qui suit un trajet plus direct, à 17 kilomètres au nord. La population abandonnera rapidement Amboy : à quoi bon rester dans une ville sans opportunités ?

Les bungalows du Roy's Motel Café.

Les bungalows du Roy’s Motel Café.

Les propriétaires du Roy’s Motel tinrent bon… jusqu’en 2000. Depuis 2005, le lieu appartient au gérant d’une chaîne de restaurants, qui espère restaurer motel et station service afin de les rouvrir au public. Pour l’instant, ces efforts restent incertains, et Amboy reste essentiellement une ville fantôme.

Les bungalows du Roy's Motel Café.

Les bungalows du Roy’s Motel Café.

étape suivante : Newberry Springs »

3 Responses to Amboy : Roy’s Motel Café

  1. Alain Bordes

    en 2008, je suis passé par Amboy. Avant d’arriver au motel, on trouve sur la droite de la route (à environ 10kms d’Amboy), un arbre qui porte des soutiens gorges…Plus loin un autre sur la gauche qui porte des chaussures. Et après Amboy, face au volcan, un caddie de super marché porteur de fanions et de drapeaux aux couleurs des Etats Unis. Avez vous remarqué ces installations? De quoi s’agit-il? Avez vous une réponse?

    Si oui, merci d’avance …

  2. Vincent Desmonts

    Hello Alain,

    L’arbre à chaussures (« Shoe Tree ») dans la région est une curiosité bien connue de la Route 66. Hélas, je devais avoir la tête ailleurs à ce moment là (en 2007) car je suis passé devant sans le voir ! Je n’ai donc pas fait de photos. Ca sera pour la prochaine fois ! C’est une tradition pour les Américains qui parcourent la Route 66 de lancer une vieille paire de chaussures sur l’une des branches de l’arbre.

    En revanche, je ne connais pas l’arbre aux soutien-gorges, ni le caddie dont vous parlez. 🙂

  3. jean-paul

    Le Route 66 est jalonnée d’endroits qui seraient parfaitement anodins si il n’y avait l’histoire qui s’y rattache, chargée d’émotions, de peines et aussi de bonheurs finalement assez simples, donc vraiment authentiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *