browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Springfield/Carthage : Le berceau de la Route 66

La 66 Drive-in Theater de Carthage.
Posted by on 8 octobre 2009

Il y a plus de soixante lieux dans tous les Etats-Unis qui se nomment Springfield. Mais le Springfield du Missouri est un peu particulier.

« étape précédente : Lebanon

D’abord, pour l’histoire de son nom. L’implantation s’appelait initialement « Campbell and Fulbrigh Springs », mais un vote fut organisé en 1833 pour lui choisir un nouveau patronyme. Un certain James Wilson proposa le nom de Springfield, en souvenir de sa ville de naissance dans le Massachusetts. Et pour convaincre ses concitoyens, il promit un verre de whisky à quiconque voterait pour sa proposition ! On connaît la suite… C’est également à Springfield qu’a été proposée pour la première fois la numérotation 66 pour la célèbre Route, le 30 avril 1926. En quelque sorte, Springfield est le berceau de la Route 66 !

Le centre-ville de Springfield est déserté, ses immeubles abandonnés.

Le centre-ville de Springfield est déserté, ses immeubles abandonnés.

Aujourd’hui, Springfield est bien calme. Notamment le centre historique, traversé par la Route 66 entre 1926 et 1936. La place du Park Central Square est ceinturée d’immeubles abandonnés, d’hôtels fermés depuis des années. On remarquera cependant l’étonnante architecture du Gillioz Theater, du nom d’un industriel constructeur de ponts qui a financé sa construction. Le théâtre a été inauguré le 11 octobre 1926, soit un mois très exactement avant la Route 66 !

Le Gillioz Theater, inauguré... un mois avant la Route 66 !

Le Gillioz Theater, inauguré… un mois avant la Route 66 !

Pour trouver un peu de vie à Springfield, il faut aller plus au nord : vers Kearney street, qui fut le tracé de la 66 à partir de 1936, mais surtout le long de l’Interstate 44. C’est par là que se tient la Missouri State Fair, une sorte de Foire du Trône… mais fréquentée par un public plutôt clairsemé.

La Missouri State Fair en 2007.

La Missouri State Fair en 2007.

Au sortir de Springfield, on retrouve la paisible Route 66 et son environnement bucolique. Nous ne quitterons pas le Missouri sans faire une halte au superbe 66 Drive-In de Carthage, l’un des rares cinémas en plein air à avoir été soigneusement restauré.

La 66 Drive-in Theater de Carthage.

La 66 Drive-in Theater de Carthage.

vers la présentation du Kansas »

2 Responses to Springfield/Carthage : Le berceau de la Route 66

  1. Antoine Archambault

    Voilà presque deux ans que mon père et moi avons roulé l’entièreté de la US 66, puis sommes revenus à Chicago par les routes du nord, passant notamment par Yellowstone.
    Un seul mauvais, à dire vrai même très mauvais souvenir de ce voyage: le Drive In de Carthage, MO. Arrivés au Drive In, nous nous arrêtons, (fin d’après-midi, donc pas de séance à cette heure-ci) pour découvrir le site, prendre quelques photos de jour, et pourquoi pas, voir si une projection était prévue dans la soirée. Arrivé devant la barrière, un homme, probablement le gérant du lieu nous demande d’où nous venons; nous lui répondons de France. Sa réaction a été la suivante: « Ok, so you stay this side of the fence and you don’t take any photo ». Sur un ton ironique, mon père lui répond « nice welcoming ». L’homme s’embarque alors dans une tirade politico-raciste nous expliquant que pour lui, les français n’ont rien à faire aux Etats-Unis parce que nous venions d’un pays « Socialist » (communiste ou presque aux US…) et que jamais nous ne pourrions comprendre les US et ses habitants. Après nous avoir insulté de toutes les manières possibles pour la seule raison que nous étions français, il nous a demandé de partir, ce que nous avons fait.
    Je vais aux Etats-Unis une à plusieurs fois par an depuis que j’ai six ans. J’ai visité quarante-cinq Etats sur les cinquante. J’y ai de nombreux amis, notamment à Boston, dans le Maine, dans l’Indiana et le Kentucky. Ma soeur vit à Cincinnati depuis six ans maintenant. Je connais aussi bien, peut-être même mieux les USA que l’Europe.
    Jamais, en dix-sept ans de voyages réguliers de l’autre côté de l’Atlantique, un membre de ma famille ou moi n’avons dû avoir honte d’être français, au contraire. C’est justement parce que c’est exceptionnel et très rare qu’il me semble important de ne pas faire la publicité d’un lieu tenu par un francophobe « Proud NRA member » (c’est ce qui est écrit sur la barrière du Drive In) extrémiste.
    Je tenais à vous le signaler, et pourquoi pas, le signaler aux lecteurs de ce site qui, dans leur projet de faire la route 66, envisageaient de s’arrêter au Drive In de Carthage. Assurément un bel endroit, emprunt de nostalgie, mais à éviter, et surtout ne pas s’y arrêter plus longtemps que le temps de prendre une jolie photo.

  2. Nanou44135

    Merci pour le renseignement, moi aussi je vais 2 ou 3 fois par an aux States, jamais de problèmes, je passe à Carthage fin Mai car nous avons décider de faire NY/Chicago en train façon « Mort aux trousses » et puis la moitié de la Route 66 jusqu’à Oklahoma City.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *